Royaume-Uni : un enseignant accusé de préparer des attentats diffusait des vidéos de l’Etat islamique en classe

2625-1750-2.34710523.jpg.gallery

Un enseignant britannique de 25 comparaît actuellement à Londres pour avoir fomenté des attentats terroristes. Au cours de son procès, il a notamment admis avoir diffusé des vidéos de propagande djihadiste en classe pour ses élèves.

Umar Haque, un enseignant accusé d'avoir fomenté des attentats au Royaume-Uni a admis avoir montré des vidéos de propagande djihadiste à ses élèves en classe. Il a expliqué lors de son procès qu'il voulait présenter une approche «plus complète» de Daesh aux étudiants et que c'était l'un d'entre eux qui en avait formulé la demande. L'enseignant est également accusé d'avoir entraîné des enfants au djihad dans une mosquée londonienne.

Parmi les cibles : Big Ben et Heathrow

Dans ce procès, le jeune homme de 25 ans comparaît aux côtés de trois co-accusés. Ils doivent répondre de chefs d'inculpation de planification d'attentats sur le sol britannique, parmi leurs cibles se trouvaient des monuments emblématiques londoniens tels que Big Ben et le Parlement, mais aussi l'aéroport international d'Heathrow.

Interrogé à propos de la présence de magazines pro-Daesh à son domicile Umar Haque a déclaré qu'il était «membre officiel» de l'organisation. Selon le journal Daily Gazette, revenant sur la vidéo visionnée en classe, l'enseignant a également précisé : «Pendant mes cours sur l'islam, je leur passais des vidéos pour illustrer mes propos. Comme c'était la fin du trimestre et qu'ils s'étaient bien comportés pendant les cours, je leur ai dit qu'ils pouvaient choisir une vidéo à regarder ensemble.»

Je voulais leur livrer une vision plus complète de ce qu'était réellement l'Etat islamique.

Selon le média local Barking and Dagenham Post, Umar Haque a également formulé quelques regrets : «J'ai été choqué quand un élève m'a demandé si on pouvait regarder des vidéos de Daesh, mais j'ai accepté. Clairement, ce n'était pas une bonne idée.» Mais il ajoute ensuite : «Je voulais leur livrer une vision plus complète de ce qu'était réellement l'Etat islamique.»

Il leur apprenait à commettre des attentats

Le parquet a cependant fait valoir que l'enseignant avait commencé à recruter de «jeunes garçons entre 11 et 14 ans» pour servir sa cause djihadiste au sein de Daesh : «Sa méthode consistait à leur montrer des vidéos et à leur apprendre à reproduire ce qu'ils [les enfants] voyaient à l'écran. L'objectif était de reproduire ses actes violents sur notre territoire et ailleurs, notamment à l'encontre de la police.»

S'adressant au jury, l'accusé a admis que ce sont les exemples des attentats commis en 2015 en Europe qui l'avaient décidé à s'impliquer, mais que «cela [lui] pesait sur la conscience.» Il a également fait valoir que les carnets de notes exposant ses plans terroristes n'étaient que des «hypothèses théoriques» et qu'il n'avait «aucune intention de les mettre en pratique.»

Source

3 commentaires

  1. Posté par Michel le

    Ah, que voici encore une chance ! Pour nos amis Britishs cette fois.

  2. Posté par rikiki le

    En Angleterre comme en France et en Allemagne, les gouvernants sont massivement pour cette bandes d’abrutis. Si le peuple ne réagit pas, pourquoi se gêneraient ces dégénérés ?

  3. Posté par Antoine le

    La taquiya et encore la takiya et toujours la taquiya …
    Il est en train de tout mettre en œuvre pour un attentat terroriste mais ce n’étaient que des  »hypothèses théoriques ». De la théorie à la pratique il n’y a qu’un pas …

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.