Oui à No Billag. Les grandes orgues, sur rouleau compresseur, veulent à tout prix le maintien de la redevance Radio/TV

Dominique Baettig
Médecin, Ancien Conseiller national
Rouleau compresseur qui écrase tout

Les grandes orgues, sur rouleau compresseur, veulent à tout prix le maintien de la redevance.

 

Sur le fonds.

 

Le collecteur de redevance « Billag », une société qui ne produit que des factures, des encaissements, des enquêteurs pour traquer les  personnes récalcitrantes qui ne possèdent pas de poste de radio ou de TV, n’est guère populaire. Par la grâce de la propagande médiatique de la classe politique dominante, tous hystériquement unis, de la gauche à la droite, des syndicats aux grands patrons, la voilà transformée en Zorro du sacro-saint « service publique » défendant la diversité( sans rire), la démocratie directe ( pincez-vous) contre la presse blochérisée et d’autres milieux de l’économie financiarisée qui feront main basse sur vos infos, si le bon peuple se laisse tromper par ces populistes, ultralibéraux, conservateurs rétrogrades, adversaires de l’Etat. En supprimant une redevance nationale très élevée de l’injuste et surdimensionnée SSR, qui échappe, de Droit supérieur, au contrôle politique, refuse de se réformer, de comprendre que le droit et le devoir, d’ailleurs, à l’information ont changé. Qu’il faut soigner sa clientèle, la responsabiliser, la faire participer, la fidéliser.

Arrogance et archaïsme

Aujourd’hui, grâce au numérique, tout un chacun peut accéder rapidement à des sources d’informations alternatives, gratuites ou payantes, quand il le veut, sans se plier à des horaires, sans utiliser un poste radio et TV. Le numérique permet le contact direct d’individu à individu, n’importe  où, permet à chacun de devenir reporter (le footage) avec même un téléphone portable et de transmettre l’info en direct. Voir de réaliser un court métrage. Fini le passage obligatoire par les émetteurs de grand-papa, la grand-messe télévisuelle à heure fixe, l’arrogance moraliste de la SSR, soi-disant intouchable et incritiquable dans sa tour d’ivoire, qui, comme le dit Madame Leuthard dans son interview du 29.01.2018 de MM5, prétend définir une information pondérée (mais par qui donc ?) pour combattre ce qu’elle appelle les « fake news », c’est-à-dire toute information alternative et non formatée par la Bien-pensance officielle. La juste information, présentée dans un contexte de politiquement correct, n’a pas à être distillée par une chaîne d’Etat. C’est le citoyen-souverain qui est apte à se faire une juste opinion, en ayant accès à des points de vue alternatifs. Il n’y a pas de vérité  ou de mensonge en soi. Chaque événement choisi (déjà un choix idéologique) peut être vu et présenté de manière différente et contextualisée, et ceci doit être respecté, sans censure ou guidance étatique. Selon les principes de la subsidiarité (ne confier à l’Etat que les tâches qui ne relèvent pas des Cantons, des communes et surtout des Citoyens) l’offre médiatique culturelle,  la fabrication, distillation des informations locales doivent relever de l’économie (publicité, abonnements, crédits participatifs), des mécènes, des groupes citoyens qui s’organisent. Ou se constituer une clientèle qui est d’accord de soutenir activement financièrement.

 

Sur la forme

 

La SSR doit se réformer, c’est l’évidence. L’abondance de médias, la gratuité des informations, l’accès direct par le numérique changent la donne. Grassement subventionnée, la SSR ne veut pas rendre de compte sur ses choix,  de son financement archaïque par des subventions. Elle a activé les défenseurs inconditionnels du sacro-saint service public pour bloquer tout débat au Parlement, éviter tout compromis .Les adversaires de Billag sont l’USAM, une partie du PLR (l’aile jeune libérale), l’UDC pour cause  d’hostilité irrationnelle et systématique des journalistes de la SSR et autres activistes discrets des groupes de pression des valeurs de la gauche antidiscrimination et multiculturelle qui y sévissent. Les grandes entreprises discriminées par Billag (200 millions ponctionnés à l’Economie), les revenus modestes irrités par l’augmentation continue d’une redevance incompréhensible. Une proposition de l’UDC de réduire la ponction redevance Billag à 200 frs a été  proprement déblayée : on ne touche pas aux privilèges des propagandistes des bonnes pensées et de la diabolisation des alternatives. Et c’est le battage médiatique, les médias se servant de leur position dominante pour augmenter le volume du tam-tam et prédire l’effondrement de tous ceux qui, en périphérie, bénéficient des miettes de subvention restantes. Et arnaquent le citoyen en lui faisant croire à la mainmise de C. Blocher sur les medias et leur contenu. Ils hurlent au loup pour détourner l’attention des vrais tout-puissants et richement subventionnés gardiens du Temple du politiquement correct et de l’adhésion à l’Union économique et politique européenne. Qu’ils se méfient, trop de tapage unilatéral peut se révéler contre-productif.

Ce sera un Oui voluptueux  à No-Billag, malgré le tintamarre et l’annonce de la Fin du Monde.

 

Dominique Baettig  Ancien Conseiller national, militant souverainiste

9 commentaires

  1. Posté par SD-Vintage le

    Mais le bon peuple malheureusement y croit : « les médias se servant de leur position dominante pour augmenter le volume du tam-tam et prédire l’effondrement de tous ceux qui, en périphérie, bénéficient des miettes de subvention restantes. »

  2. Posté par JeanDa le

    @Antoine le 3 février 2018 à 17h22 : « Il est indispensable que la RTSocialiste de restructure de bas en haut ! »

    Oui, mais aussi et surtout de gauche à droite !
    :)

  3. Posté par Fanfouet le

    Oh ! Que j’approuve Dominique Baettig ! La réaction hystérique des supporters du status-quo démontre à quel point ils sont effrayés de perdre leur sponsor principal: artistes, cinéastes, sportifs, musiciens, bref: branleurs subventionnés qui commencent à réaliser la précarité de leur situation de têteurs accrochés aux mamelles de Sainte SSR, incapables d’exister sans elle, à la seule force de leur talent…
    Mais aussi cette manière de vouloir effrayer le péquin lambda en le menaçant d’une hypothétique « Télé-Blocher » sensée représenter le mal absolu, le mariage de Berlusconi avec Satan, comme si notre téléviseur deviendrait paralysé et branché à demeure sur le dit canal ! Ils nous prennent vraiment pour des cons incapables de presser sur les boutons de notre télécommande pour basculer vers des programmes à notre convenance…

  4. Posté par Nicolas le

    En lisant les commentaires des lecteurs de 20minus.ch, majoritairement favorables à l’initiative, on est en droit de se demander ce que valent les sondages issus du sérail bien-pensant qui donnent le « non » gagnant. Effectivement, toute cette propagande risque fort d’être contre-productive et c’est tant mieux.

  5. Posté par aldo le

    Ce sont en réalité des dizaines de milliards liquéfiés autour de abus de Billag qui n’est qu’une filiale de SWISSCOM et C’EST LA QUE TOUT LE PILLAGE EST ORGANISE. Depuis le démontage des PTT par le socialiste J.-N. Rey, cousin de la Calmy, tout ce qu’il a touché sert au pillage organisé de ses potes de L’INTERNATIONALE SOCIALO-MONDIALISTE. Une perle contestée de la Suisse, les PTT, à été démembrée avec de bons arguments, mais essentiellement pour enrichir des briguants aussi dits de droite, le tout avec l’aval des responsables des syndicats voyous des administrations publiques.

    BILLAG = SWISSCOM = SSR ou LE RACKET ORGANISE DE LA SUISSE CONTRE LES SUISSES. Comme d’habitude des sociétés mixtes (Etat-Privé) puisent dans la poches de habitants des taxes et des impôts obligatoires pour aller dépenser n’importe comment et jouer au casino d’Etat depuis l’étranger tout en partageant le magot avec d’autres mafias interlopes, quitte à organiser des pertes à notre intention. Voilà POURQUOI CERTAINS SUISSES DE L’ETRANGER SONT POUR BILLAG SANS DEVOIR LE PAYER ? Ils sont pour parce qu’ils travaillent à l’étranger pour ces fililales de SWISSCOM qui participent à notre racket pour en plus leur verser des salaires mirobolant propre au copinage socialiste, Dans ce Casino d’Etat mondialiste, LE BENEFICE EST POUR LES ACTIONNAIRES PRIVES, LES PERTES POUR LES CONTRIBUTEURS OBLIGES. On a pu le voir avec CAR POSTAL condamné sur France pour concurrence déloyale, aux autocars Macrons et autre qui demande le libre passage en Suisse ? https://www.tdg.ch/suisse/La-condamnation-de-CarPostal-France-fait-enfler-le-debat/story/21941187

    Maintenant cramponnez-vous, voilà où le pillage socialo-internationalo-mondialiste devient une plaie nationale. On paie beaucoup trop cher les services Swisscom qui jouent au casino international avec l’argent publique et finissent par partager les trous des pertes organisées à l’étranger avec les petits copains de l’internationale socialiste. CHERCHEZ DE PAR VOUS-MÊMES C’EST AUSSI UNE COMPOSANTE DE LA LIBERTE DE PRESSE TOUT A L’OPPOSE DE LA DICTATURE BILLAG & CIE. Vraisemblablement les fils de et le filles de… ont tous trouvé des postes à plusieurs centaines de milles dans ces satellites de l’escroquerie de l’Etat socialiste.
    SUIVEZ L’ADRESSE VOLONTAIREMENT IMPOSANTE SIGNE D’ESPIONNAGE ORGANISE:
    https://www.google.ch/search?client=firefox-b&dcr=0&q=swisscom+filiales&stick=H4sIAAAAAAAAAOPgE-LUz9U3MEo3TCnT0swot9JPzs_JSU0uyczP088vSk_My6xKBHGKrYpLk4ozUzITizJTiwENQZEEOAAAAA&sa=X&ved=0ahUKEwippYqc54fZAhVQrRQKHUQfCYoQ44YBCOYBKAUwFw&biw=1461&bih=1028
    .

  6. Posté par bigjames le

    Excellent.

  7. Posté par Antoine le

    Je voterai OUI à no billag !
    Il est indispensable que la RTSocialiste de restructure de bas en haut !

  8. Posté par Socrate@LasVegas le

    OUI à NO BILLAG est une occasion exceptionnelle, venue de nulle part mais dont la portée si acceptée servira les suisses patriotes à ne plus se sentir dévalorisés par une gauche sur-représentée autant qu’improductive.
    C’est l’occasion d’un avenir sans manipulation de l’opinion au SEUL BENEFICE DE LA GAUCHE, DU NOMES, DE l’ue…
    La SSR n’est pas un besoin vital. Elle n’a en aucun cas droit à notre impôt. Nombre de documents incroyables sur les salaires et avantages indiscibles de ses employés à une époque où de plus en plus de citoyens du privé tirent la langue au quotidien.
    les avantages iniques de ces employés SSR sous-formé et sur-rémunérés doivent MAINTENANT CESSER!
    Si leur travail est apprécié, il se vendra! (comme tout bien de consommation: journaux, spectacle, etc…) sinon il DOIT disparaître!

    OUI à NO BILLAG !

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.