Réfugiés mineurs de Somalie et d’Erythrée en Suisse, les éducateurs n’en peuvent plus : les migrants réclament même du Dolce & Gabbana

Suisse immigration

Comment gérer un être humain venu comme réfugié mineur en Suisse, demande l’asile et depuis son arrivée, ne présente absolument aucune volonté d’intégration ? Déclarer à son tuteur que « l’apprentissage d’un métier n’était envisageable que vers l’âge de 24 ans », que le passage à l’école n’était pas « une affaire sérieuse » et que désormais ici, « il allait d’abord profiter quelques années de la Suisse » : la Basler Zeitung a eu accès à des procès verbaux où est enregistré le quotidien surréaliste de quelques migrants.

Cela s’est passé dans une auberge de jeunesse du canton de Bâle avec l’arrivée de ces 3 réfugiés que l’équipe voulait soutenir, aider à trouver pied dans leur nouveau cadre de vie et accompagner dans les formalités administratives. Autant d’efforts pour arriver à une profonde déception, avec des migrants qui ne respectent aucune règle, ni à l’école, ni en communauté et dans le cas présent, furent expulsés de l’établissement.

« Les employés du centre espéraient se rendre utiles en aidant de jeunes mineurs traumatisés à passer le cap vers l’âge adulte : à la fin, ils ne voulaient plus travailler avec des requérants ! » explique un membre du centre, avant de préciser « ces soi-disant nécessiteux se sont avérés être des fauteurs de troubles avec une mentalité étonnante avec beaucoup de revendications, mais aucun volonté de prouver la moindre capacité ».

Dès l’été 2016, l’idée était pourtant d’accueillir aussi des migrants, convaincus de leur proposer un « cadre idéal » favorable à leur intégration. Parmi les objectifs de cet accueil, la Basler Zeitung énumère : la vie en communauté avec de jeunes suisses et l’apprentissage de la langue allemande. Mais le centre a aussi ses règles de vie ensemble : respect, confiance, responsabilité, ponctualité, autant de principes qui devraient aussi aider ces jeunes à intégrer plus tard la vie professionnelle, dont l’accompagnement est aussi proposé dans le projet pédagogique.

Ce que coûte ce genre de projet à la collectivité n’est pas un élément connu : on connait tout de même une fourchette de 250 à 350 francs suisses par jour et par requérant, donc chaque demandeur de ce type coûte chaque mois autour de 10’000 francs suisses.

Simonetta Sommaruga

Arrivé à la période hivernale, il fallait habiller les réfugiés pour faire face à la météo : donc les encadrant ont accompagné ces jeunes dans une boutique de récupération de vêtements (genre Terre des hommes) afin d’y trouver de quoi bien se couvrir pour affronter l’hiver, mais les habits proposés ne correspondaient par à leurs standards de la mode: « ils ont exprimé leur déception et nous ont dit qu’ils vouloir aller chez H&M ou chez Dolce & Gabbana pour faire leurs achats » raconte un tuteur.

De retour, non seulement ils ne se sont jamais vêtus avec ces habits, mais afin d’agrémenter leur argent de poche mensuel de 160 francs, ils se sont mis à revendre ces vêtements à d’autres personnes.

De tels actes se sont multipliés, concernant l’un des érythréen, on peut lire à son sujet dans un rapport de l’auberge de jeunesse : « chose particulièrement frappante, probablement pour des raisons culturelles, sa propension à commercer. Souvent, ses vêtements et ses chaussures disparaissaient, mais dans le même temps il avait subitement 2 ou 3 smartphones ou une nouvelle veste. Lorsque nous l’interrogions, il refusait systématiquement de répondre ». Un autre travailleur social avoue avoir un jour offert 1 téléphone d’une valeur de 150 francs à chacun des requérants : 2 jours après, l’appareil avait déjà disparu.

Pris en charge par le fond suisse d’accompagnement aux mineurs isolés, ils entravent aussi toute avancée normale de leur dossier. L’un d’eux s’est ainsi plaint de son tuteur « qui ne lui consacre pas assez de temps pour lui et ses exigences, lequel ne lui donne pas assez d’argent de poche et ce qu’il racontait était incompréhensible car il n’avait pas toujours de traducteur ».

Le tuteur incriminé a simplement répondu que le requérant lui-même était la source des problèmes qu’il se créés : « c’est le réfugié qui refuse d’aller à l’école, de participer aux tâches de l’auberge de jeunesse et refuse l’aide des encadrants disposés à l’aider : car monsieur à beaucoup de prétentions ! » ajoutant que le même réfugié avait clairement formulé ces demandes « de n’avoir aucune tâche ménagère à accomplir, avoir à sa disposition un tuteur à temps complet 24/24 et 7/7 qui accomplisse immédiatement chacun de ses désirs ».

 

 

Sommaruga asile

 

De jeunes réfugiés qui ne témoignent aucun signe de reconnaissance semblent trouver leur aise en Suisse : leurs exigences sont celle du client d’un hôtel 5 étoiles. Toujours dans la même auberge de jeunesse de Bâle, un érythréen semblait enclin à s’intégrer normalement, jusqu’à un changement soudain de comportement : il faisait comme s’il ne connaissait aucune règle, contestait tout, provoquait les autres jeunes et les encadrants, au point que certains se sentaient réellement menacés. A la longue, on a compris que son attitude devenait plus menaçante dès qu’il n’obtenait pas satisfaction à chacun de ses caprices.

Tout avait été mis en œuvre pour ce jeune, au point de lui trouver une place d’apprentissage dans un garage : fiasco dès le premier jour, se plaignant de devoir nettoyer il ne voulait plus y retourner. Malgré une rémunération, il n’a pas tenu le coup d’une seule semaine, ayant même été trouvé à deux reprises dans un sommeil profond sur la banquette arrière de voitures. Autant d’espoir misé sur l’éveil intellectuel : mais là aussi, les professeurs ne pouvaient pas noter l’évolution d’un élève qui ne venait jamais en cours, et les rares fois où il s’y présentait, c’était pour perturber les leçons et finalement n’effectuer aucun devoir : un total désintérêt.

Un autre jeune du centre aux capacités pourtant prometteuses a aussi déçu les travailleurs sociaux : irrégulier dans les performances mais régulièrement malade, présentant une image négative de lui et préférant se promener dehors ou dormir durant la journée plutôt que de se rendre aux cours.

A l’intérieur même de l’auberge de jeunesse, lieu de vie en commun, les réfugiés exigeaient l’accès permanent à internet et Facebook, et n’hésitaient pas à écouter de la musique très bruyamment après 22h, quitte à déranger tous les autres hôtes de l’auberge.

Autre mauvaise expérience, celle consistant à leur proposer des loisirs, dont une carte d’abonnement à la piscine où ils se sont transformés en harceleurs de filles, multipliant les provocations et les gestes obscènes.

Renvoyés de l’auberge de jeunesse, ils résident désormais dans une autre structure pour jeunes où rien ne change et rien n’évolue dans leur comportement : « il ne s’agit pas d’une exception, mais d’un règle ! » avoue une assistante sociale en précisant « loin de mettre tous les jeunes réfugiés mineurs dans le même panier, disons que sur 10 d’entre-eux, la proportion est de 7 fauteurs de troubles pour 3 cas qui se comportent correctement, c’est la triste réalité ».

Finalement, les demandeurs d’asile peuvent faire ce qu’ils veulent, l’Etat providence pourvoit à leurs besoins. Et comme la Suisse n’expulse personne vers l’Erythrée ou la Somalie, ceux qui refusent de s’intégrer ne craignent absolument rien.

Bazonline

(Merci à CathoAlsace pour la traduction)

Extrait de: Source et auteur

Rappels:

Simonetta Sommaruga: « Il est impossible de déterminer la véritable identité de 9 demandeurs d’asile sur 10. »

Près de 90% des Erythréens ayant obtenu l’asile en Suisse touchent l’aide sociale

« Réfugiés persécutés » d’Erythrée: Ils retournent en vacances chez eux. Comment la Suisse se fait gruger.

Vif échange à propos des migrants érythréens entre Didier Burkhalter et Philipp Müller

Les Erythréens ne sont pas expulsés et bénéficient d'admissions provisoires

35 commentaires

  1. Posté par aldo le

    Et si les moyens de communication leur étaient interdits et soustraits, ils auraient moins de saloperie idéologiques, pornographiques, et de suggestions islamiques pour leur encombrer le cerveau et les laisser travailler.

  2. Posté par Luc le

    C’est normal, pur eux, la Suisse c’est l’Eldorado! On leur a tant promis, des lingots d’or, une villa, beaucoup d’argent facilement, etc.
    Bien entendu, dès qu’ils arrivent ici, ils sont très déçus car n’ayant pas de Mercedes à leur disposition, habits de marques, beaucoup d’argent de poche, ils se sentent très déprimés, d’où cette attitude.

  3. Posté par Le pragmatique le

    Honte à nos politicards, à gerber !

  4. Posté par Luis Sousa le

    Je me disais,
    Ils s’habillent tous comme une star rock…
    je suis à la gare Cornavin et dans mes trajets je me croise pas mal avec ce jeunes demandeurs d’asile… leur façon de s’habiller ce n’est pas de tout conforme à leur statut de demandeur d’asile avec un minimum de survivance!

  5. Posté par farjon thierry le

    Suffit de les expulser en Allemagne ou en France comme ça on laissera l’UE s’en occuper!

  6. Posté par sophie le

    C’est révoltant. Ces gens profitent de nous et on continue encore et encore à les garder mais même d’en prendre des supplémentaires. Ces gens sont ININEGRABLES.

  7. Posté par aldo le

    Dolce et Gabana ? Des tatas qui font fureur auprès de jeunes migrants ? C’est qui sinon des médias comme la SSR qui leur ont servi d’éducateurs ? Ils savent déjà que la mode rapporte gros aux jeunes éphèbes lorsqu’ils passent par les secrets d’alcoves des imitatateurs de Pierre Bergé. Un antiraciste et mondialisme chevronné (Le mensuel Globe) et qui était même titulaire de la Légion d’honneur. A voir l’arrière plan de son apparente bonne conscience, on comprend que faute de se reproduire, ils doivent s’approvisionner en Afrique. https://blogs.mediapart.fr/jean63/blog/081117/et-pierre-berge-personne-nest-au-courant-revelations-sur-un-scandale-etouffe Ses amis, dont Macron ne devraient-il pas supprimer ces décorations qui servent à faire croire au public qu’il y des lopettes respectables. Pauvres musulmans servant de victimes aux cochons.

  8. Posté par Catherine le

    A regarder tous ces Erytrhéens qui se promènent dans la rue et dans les magasins au lieu de travailler, voire de suivre des cours pour apprendre à lire et écrire correctement, ça m’énerve. Ce sont nous, contribuables, qui payons les cours qu’ils ne suivent pas, les coachs qui les accompagnent et qui n’obtiennent aucun résultat, etc. Au vu de ces derniers, je ne comprends pas qu’on continue à les accueillir, malgré le fait que la désertion n’est plus reconnue comme motif d’asile depuis plusieurs années.

  9. Posté par Aude le

    Si plus de la moitié de ces jeunes refusent d’apprendre quoi que ce soit et de travailler sinon de tout exiger, la preuve est faite.
    Ceux-ci doivent être renvoyés chez leurs parents. À mon avis ce ne sont pas des vrais pauvres sinon déjà des têtes brûlées qui viennent pour ce faire de longues vacances gratuites.
    Pour les autres, il est important de les séparer de cette petite racailles pour non contamination.
    Et observer leur évolution.
    Pas de temps à perdre pour les parasites.

  10. Posté par miranda le

    @ TOMMY
    Vous dites « on le savait, on le sait et on s’obstine néanmoins à injecter des fonds, perdus d’avance, dans une fuite en avant stérile. Entièrement d’accord avec vous.

    Mais elle n’est pas « stérile » pour tout le monde. L’élite mondialiste financière ( qui exploite notre dépendance à leur pouvoir financier) poursuit ce but, celui d’imposer l’immigration-invasion quelle que soit la qualité ou la sous-qualité des migrants.
    Ce qui leur importe c’est de DILUER LES MASSES EUROPEENES BLANCHES grâce à cette immigration VOULUE.
    Et toutes nos élites européennes se couchent devant eux, sinon : mesure de rétorsions financières. IL est possible que certaines parmi nos élites collaborent avec zèle parce que ce sont des arrivistes, des carriéristes et aussi des gens facile à corrompre. MAIS CE JEU NE DURERA PAS LONGTEMPS, LA COCOTTE MINUTE EST TROP SOUS PRESSION. Les peuples européens ne sont point des « cons ».

  11. Posté par Peter K le

    Ces dégénérés n’ont rien a faire chez nous, ils nous meprisent et nous haissent! Le pire étant que la ss et sa clique sont parfaitement informés de ces faits, mais par aveuglement idéologique, ces traitres continuent, à mettre hors d’etat de nuire au plus vite! Allo l’udc? On arrete la sieste à Berne?

  12. Posté par Chouette le

    @ Vengeur

    Exactement! Malheureusement, ce sont les clairvoyants qui en paient le prix aujourd’hui!

  13. Posté par rikiki le

    Nous pouvons remercier la pianiste et ses 6 acolytes qui font tout pour appauvrir le peuple. Il est vrai qu’un peuple au abois et vidé de ses ressources est bien plus maniable. Au plan UE, on retrouve le même processus. Il est impératif de bloquer les frontières et de foutre dehors très rapidement toute cette racaille qui ne veut pas se plier à nos lois, qui veut nous imposer leurs façons de faire et qui se plaint de l’aide que des bénévoles leurs prodiguent. Tout ceci pendant que les responsables de cette situation s’engraissent comme des cochons à Berne.

  14. Posté par François Brélaz le

    Il faut mettre fin au statut de mineur non accompagné, Pourquoi ne les renverrai t’on pas ?

  15. Posté par Bussy le

    La question est : qui leur met en tête que tout leur est dû et qu’ils n’ont pas besoin de gagner leur vie et que les Suisses doivent les entretenir ?
    Et après plusieurs mois passés en Suisse, sont-ils tellement stupides et débiles pour ne pas avoir compris que les Suisses doivent travailler, eux !

  16. Posté par Yolande.C.H. le

    On devrait les envoyer déblayer la neige pour leur faire découvrir notre pays.

  17. Posté par Gabrielle le

    A VOIR ABSOLUMENT CE SOIR SUR LA RTS, A 20H40, L’EMISSION SPECIALE CONSACREE AUX TEMOIGNAGES DE CES EDUCATEURS. ( Rhôooo… je rigooole !)

  18. Posté par Pierre-Alain Tissot le

    Il y a quelques mois, notre ferme bio a présenté notre exploitation à deux jeunes Érythréens pour un stage de formation ; ces deux jeunes hommes sont venus accompagnés de deux bénévoles qui avaient effectué de longues démarches administratives et leur avaient vanté les bienfaits d’apprendre un travail intéressant et diversifié, avec en plus, le contact avec d’autres jeunes francophones, pour leur permettre de s’améliorer en français.
    Résultat le lendemain : refus des intéressés ! Ils préféraient rester dans leur hôtel…
    Et amère déception des deux personnes bénévoles, qui leur avaient consacré beaucoup de temps et de compassion !

  19. Posté par Astérix le

    les éducateurs n’en peuvent plus : les migrants réclament même du Dolce & Gabbana
    Foutaises ! je leur en donnerait moi du Dolce & Gabbana , une bonne baffe dans la gueule oui ! et puis expulsion , retour au bled, point barre , c’est quoi ce crétinisme ?

  20. Posté par Tommy le

    En fait, ils savent pertinemment que la certitude de rester en Suisse  » ad vitam aeternam » leur octroie uniquement des avantages, sans bien sûr fournir la moindre contrepartie.
    Et gare au racisme si l’on ose élever la voix !!
    Et s’ils ne sont pas au clair avec leurs droits, des Collectifs R et autres interprètes bénévoles leur apprennent à nous parasiter davantage.

  21. Posté par Matelot le

    Ces envahisseurs sont tout simplement des parasites à 99,99% comme l’a reconnu burkhalter dont nous sommes enfin débarrassés. Par contre ces abrutis eux s’incrustent.

  22. Posté par Vengeur le

    Que tous ceux qui par vanité ont « fait » de l’humanitaire s’en mordent les doigts…c’est bien fait, mais le pire c’est que ces ratés ne font rien pour rattraper leurs erreurs. D’où la gravité de leurs inexistences.

  23. Posté par Hans C. le

    Il y a 50 ans, cette invasion aurait été impossible ne serait-ce que parce que les femmes éduquaient leurs propres enfants et s’occupaient de leurs petits-enfants une fois grand-mères. Tandis qu’aujourd’hui, sans enfants, donc frustrées, elles sont friandes de jobs dans le « social », jobs parasites payés par l’état, donc par vous et moi, elles reportent leur « affection » (voire plus si entente) sur les crépus et autres envahisseurs !

  24. Posté par Muller le

    Vous saviez très bien que ces individus ne s’ intégreraient JAMAIS. POURQUOI LES AVEZ VOUS PRIS? ?????
    POUR FAIRE PLAISIR À CE DESTRUCTEUR QU’ EST L’ UE..?
    Vous devriez avoir HONTE VOUS LA SUISSE NEUTRE,.Je suis FOLLE DE rage que mon pays soit arrivé là.
    Vous n’avez pas assez de voir la France et l’ Allemagne dans la merde qu’ils sont ,alors POURQUOI? .

  25. Posté par Polo le

    @miranda : « ceux qui ont décidé de cette invasion migratoire s’apercevront très bientôt de leur idiotie »
    Le véritable pouvoir (« L’état profond », le « cartel bancaire » disait Soljenitsyne, certains parlent « d’Illuminatis », peu importe) veut détruire l’occident afin d’imposer sont « Nouvel Ordre Mondial », à savoir une dictature communiste. Quand donc allez-vous comprendre ? Informez-vous !

  26. Posté par Yolande.C.H. le

    Ils quittent leur pays pour ne pas aller à l’armée. Or, en Erythrée, la plupart des soldats sont astreints à travailler dans des firmes ou pour la maintenance des infrastructures: peut-être le seul moyen trouvé pour qu’ils se rendent utiles au développement de leur pays.

  27. Posté par Wild le

    Tout est vrai, je vous confirme
    J’étais étudiant, ai donné de temps en temps des leçons de français de maths…aux réfugiés dans le foyer (bénévole).
    Les jeunes érythr. sont les pires des flemm… ils veulent tjs faire ingénieurs, médecins …mais ils ne parlent pas français ni connaissent le livret.
    Ils jouent au foot, draguent les filles…je leur ai dit qu’ils doivent étudier que je n’étudie pas pour eux. Ils m’ont répondu t’en fais pas je serai ingénieur…
    Ils portaient des jeans Levi’s qui les paie ? les ass.soc. (A l’époque je portais des jeans chinois sans marque vendus par des arabes, achetés au marché au bord du lac)
    Des petits travaux ménagèrs dans le foyer où tout le monde doit participer, mais les jeunes érythr. OH PAS QUESTION qu’ils les touchent.
    Ils sont de petits princes.

  28. Posté par miranda le

    Quand on visite les pays du tiers monde, on s’aperçoit que vivre « c’est savoir commercer ». Cela va du plus petit commerce ambulant au commerce plus lucratif comme celui de vendre des tas d’objets venant d’occident.
    Parce qu’il n’y a pas d’industries et autres structures capables de proposer de l’emploi et cela malgré une DEMOGRAPHIE EXPLOSIVE.

    C’est fini la main d’oeuvre laborieuse, courageuse, issue de l’agriculture besogneuse et humble qui montait de la campagne européenne et de celle du tiers monde pour aller se proposer à accomplir toutes les tâches avec conscience et application. CE TEMPS EST REVOLU.

    Mais nos politiques sont trop « dans les hauteurs » et quand ils voyagent dans le tiers monde ils ne se promènent pas là où ils devraient le faire afin de prendre conscience des REALITES SOCIALES dans ces pays.

    La télévision, les moyens de communication d’aujourd’hui, ont créé dans l’esprit de millions de gosses du tiers monde, l’illusion d’un MONDE FACILE à vivre en OCCIDENT.

    Une amie africaine me disait : « quand allez vous comprendre vous les occidentaux que le pauvre cache aussi un futur matérialiste ».

    Bon, maintenant ceux qui ont décidé de cette invasion migratoire s’apercevront très bientôt de leur idiotie, mais on a vraiment intérêt aussi à leur faire savoir que notre patience a des limites.. EN SACHANT VOTER PATRIOTE LA PROCHAINE FOIS.

  29. Posté par Christian Hofer le

    Ils ont été protégés par Burkhalter, contre l’UDC et un PLR, il faut le rappeler:

    https://lesobservateurs.ch/2016/06/16/vif-echange-a-propos-des-migrants-erythreens-entre-didier-burkhalter-et-philipp-muller/

    Que ce sale type vienne nous expliquer pourquoi des Suisses n’arrivent plus à faire face aux augmentations des caisses maladies et se privent de soins pendant que ses petits protégés sucent 10’000.- par mois, soignés sans aucun problème, avec des exigences de rois!

  30. Posté par bonardo le

    Lamentable ,scandaleux ,mais cela est fréquent et n`étonne plus personne ,moi j`ai besoin d`aide ,mais personne ne m`aide ,on préfère donner à ces personnes qui ne feront jamais rien en retour pour notre pays ,des profiteurs ,des menteurs ,avions nous pas voté une fois ??
    A Bienne que des noirs et des voilées ,cette ville est sale ,mais tout va bien ,et c`est enrichissant ,sincèrement il faudrait une fois m`expliquer en quoi c`est enrichissant ,nous perdons notre culture de jours en jours ,et l`intégration est de la foutaise ,on se moque de nous ,on nous impose ,cela en devient intolérable ,je crois que nous allons déménager en Afrique.

  31. Posté par Antoine le

    Tu veux t’intégrer, il n’y a pas de problème, tu ne veux pas t’intégrer, faire un apprentissage ou travailler, PLUS d’ALLOCS ! Si cela continue, REMIGRATION.
    Moyens simples, efficacité max !

  32. Posté par Gabrielle le

    Fr. 160.- d’argent de poche par mois… Combien de parents contribuables ont-ils les moyens de donner cette somme à leurs ados ??? Ceci mis à part, nous avons aussi notre lot de pépites pseudo mineures, fringuées Fashion qui traînent partout la journée par chez nous. Commentaires bruyants dans leur langue et gros rires, ils ne donnent pas l’impression d’être traumatisés…

  33. Posté par Daniele le

    La question ne se pose même pas: il faut éjecter ce genre de parasites opportunistes et paresseux au plus vite! Même si c’est soi-disant contraire aux prétendus droits de l’homme.

  34. Posté par Tommy le

    Ces humanoïdes sont génétiquement invalides.
    La notion de travail leur est totalement inconnue.
    On le savait, on le sait, et on s’ obstine néanmoins à injecter des fonds , perdus d’ avance, dans cette fuite en avant totalement stérile.
    Il n’y a strictement rien à attendre de cette clique de parasites irrécupérables , devant lesquels nous démontront toute la veulerie du monde occidental.

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.